Nous accueillerons à nouveau

Valentine Goby

qui nous présentera son dernier livre

Banquises
paru chez Albin Michel

banquises

Présentation de l’éditeur : « Vingt-sept ans d'absence. Vingt-sept anniversaires qui ont pris le dessus, année après année, sur le jour de naissance : ils n'ont plus compté l'âge écoulé de Sarah mais mesuré l'attente. » En 1982, Sarah a quitté la France pour Uummannaq au Groenland. Elle est montée dans un avion qui l'emportait vers la calotte glaciaire. Sa famille ne l'a jamais revue. Elle a disparu, corps et âme. Elle avait vingt-deux ans. Lisa, vingt-sept ans plus tard, part sur les traces de sa s'ur. Elle découvre un territoire dévasté et une population qui voit se réduire comme peau de chagrin son domaine de glace. Valentine Goby, l'auteur de Qui touche à mon corps je le tue et Des corps en silence, nous emporte sur ces terres qui s'effacent dans un grand livre sur le désenchantement du monde.

Revue de presse : Valentine Goby a toujours aimé passer le doigt sur les fissures, pour en sonder les profondeurs et en calmer la douleur. Après les affres de la passion sous l'Occupation (L'Echappée belle) et le supplice de l'avortement (Qui touche à mon corps je le tue), elle traite avec la même sensibilité ondoyante d'une autre détresse : la disparition.
Depuis que sa grande sœur a pris un avion pour le Groenland, en 1982, pour ne plus jamais donner de nouvelles, Lisa n'est que transparence. Tout l'art de Valentine Goby est de cueillir les rayons de lumière qui passent à travers cette femme vide, vacillante, qui tente de marcher sur les traces de la disparue, presque trente ans plus tard. Dans ce corps vitreux, bris de verre ambulant que le temps a poli, mais qui menace toujours de tomber définitivement en morceaux, se réverbère un environnement fait de miroir et de fêlures : ce sont les « banquises » du titre, merveilleusement décrites. Etendues de glace du Groenland, qui laissent affleurer ce qu'elles ont ­englouti, mais aussi étendues de désespoir qui tapissent le cœur de l'héroïne, incapable de se reconstruire.
Le livre réussit peu à peu à révéler l'étendue des possibles, oasis qui donne du sens au passé et le rend acceptable. Et l'attachement à son auteur se consolide, dans le silence des extrêmes.
Marine Landrot-Télérama-24 sept. 2011

Valentine Goby dépeint avec force et beauté ce monde qui s'effiloche au fur et à mesure que la banquise fond. Avec délicatesse, elle s'attache à la renaissance de Lisa, qui se reconstruit au fur et à mesure que son enquête progresse.
À 37 ans, Valentine Goby est une romancière de la souffrance. Celle de l'épuration et du scandale des femmes tondues dans L'Échappée ; de l'avortement dans Qui touche à mon corps je le tue ; de la fin du désir amoureux dans Des corps en silence...
Ces sujets douloureux, elle s'y attelle avec beaucoup de finesse, brodant au petit point la psychologie de ses personnages. Faisant preuve, à chaque fois, d'une sensibilité à fleur de peau.
Florence Pitard-Ouest France-23 oct. 2011

C’est un livre sur l’absence et, plus particulièrement l’absence des corps si chers à la romancière. C’est aussi un livre placé sous le signe du blanc, blanc de la banquise où se déroule une partie du récit, blanc des cœurs gelés lorsqu’un être aimé disparaît. Dans ces « Banquises », les plus belles pages sont celles du voyage que fait la sœur de la disparue, vingt-sept ans plus tard, glissant ses bottes fourrées dans les traces laissées par l’aînée au Groenland . dans ce pays uù les hommes se noient entre deux lèvres de glace, la romancière montre son talent d’évocation. Rythme happé, phrases bousculées où affleurent la violence et la beauté du monde. En revanche, Valentine Goby convainc moins lorsqu’elle déroule une psychologie de la douleur assez convenue. On aurait aimé plus bref et plus cru.
Isabelle Lortholary-Elle-16 sept. 2011

Informations pratiques :
Les livres sont disponibles à la librairie "LE PAIN DE 4 LIVRES" à YERRES - A la maison de la presse à BRUNOY - A la librairie "Plume & Gribouille" Centre commercial Talma à BRUNOY, sur place lors de la précédente soirée et le jour même.
Rendez-vous au Café-restaurant "LE PORTALIS" - 21 bis, rue Dupont-Chaumont BRUNOY à 18h30.
La soirée débute par un débat entre l'auteur(e) et les lecteurs, suivie de la dédicace et du verre de l'amitié. Cette première partie de soirée est gratuite.
Pour ceux qui désirent dîner ensuite (en compagnie de l'auteur(e)) : tarif réduit (adhérent) 12,50 euros/tarif plein 13,50 euros - inscription impérative avant le 7 mai 2012 à : lemenhirbrunoy@yahoo.fr