Fabrice Humbert
Eden utopie

Gallimard

humbert

Présentation de l’éditeur : «Comme tout le monde, je fais partie d'une famille. Celle de deux cousines germaines, dont les mariages vont sceller les destins, heureux pour l'une, malheureux pour l'autre, et qui vont participer, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à la création d'une communauté utopique, la Fraternité. Leurs enfants y seront élevés, jusqu'à ce que les désirs de révolution de l'année 1968 et les groupes d'extrême gauche les plus radicaux dressent une barrière entre les deux branches. J'ai tâché de dire le vrai, de contrôler l'exactitude de tout ce que j'écrivais pour décrire ce lignage étrange, toujours menacé, toujours tenace, qu'on appelle "famille".» Fabrice Humbert.

Récit authentique d'une des aventures les plus secrètes du XXᵉ siècle, ce livre est une éblouissante plongée dans les passions et les utopies des êtres et des sociétés.

Biographie : Agrégé et docteur ès lettres, Fabrice Humbert enseigne en région parisienne. Il est l'auteur de plusieurs romans : Autoportraits en noir et blanc (Plon-2001) ; Biographie d’un inconnu (Le Passage – 2008) ; L'origine de la violence (Le Passage, 2009, prix Renaudot du livre de poche 2010), La fortune de Sila (Le Passage, 2010, prix Jean Jacques Rousseau, Grand Prix RTL-Lire 2011) ; Avant la chute (Le passage – 2012) et Eden Utopie.

Revue de presse : 
Peut-être le style fraternel de Fabrice Humbert est-il un legs de ses ancêtres, fondateurs après la guerre d'une communauté protestante baptisée Fraternité. Le début du livre raconte comment quelques familles construisirent à Clamart ce phalanstère idéal, cet « éden utopie », de leurs propres mains, avec du matériel de récupération, un ex-voto glissé à l'intérieur de chaque brique. Parmi les bâtisseurs, la famille Jospin, parents d'un petit Lionel, giflé à 11 ans par le pasteur à qui il avait chipé sa nouvelle Simca. Fabrice Humbert ne s'attarde pas sur le futur ministre car « les célèbres et les puissants se meuvent mal dans la fragile dentelle de la littérature », dit-il au détour des commentaires sur son travail d'écriture qui émaillent ce roman d'une étonnante pudeur. Fabrice Humbert se regarde écrire, mais à bonne ­distance. Jamais il ne s'épanche, se cramponnant à la méthode (entretiens menés auprès de ses proches, plus ou moins prolixes), pour fuir ce qu'il abhorre : l'autofiction. Un film est en tournage, d'après L'Origine de la violence (2009), son roman le plus connu, sur l'effroi d'un professeur qui croit reconnaître son père parmi les photos de déportés lors d'une visite du camp de ­Buchenwald. Plus abouti, Eden Utopie sera sans doute plus difficile à adapter au cinéma. Pourtant très ancré dans la réalité, ce livre est aussi agité par la question sous-jacente et mystérieuse qui hanta l'enfance de Fabrice Humbert : « Comment sortir de l'imaginaire ? »
Marine Landrot-Télérama-9 mars 2015

 Une situation fort romanesque est à l'origine de Eden utopie : deux cousines, Madeleine (orpheline) et Sarah, sont élevées comme deux sœurs. L'une épouse un «pauvre» et l'autre «un riche», pour employer les mots mêmes de l'auteur, qui voit dans l'histoire des Meslé et des Coutris une version moderne des Rougon-Macquart. On l'aura compris, les pauvres vont devenir riches et les riches vont mal tourner.

L'affaire se joue sur trois générations dont un arbre généalogique nous offre une image claire: cinq grands-parents, six enfants, neuf petits-enfants. Toutes ces existences nous sont racontées, certaines effacées et dignes, d'autres misérables et violentes, cossues et célébrées, ou même portées à des extrêmes par le désir de changer le monde. Toutes se trouvent mêlées à l'aventure de la Fraternité, une communauté humaniste laïque au sein de laquelle, main dans la main, les familles concrétisent la paix et la solidarité. Comment cette aventure qui voulait bâtir un monde meilleur infléchira-t-elle les destinées? Comment cet après-guerre qui rêve, Mai 68 qui fait la révolution, l'union de la gauche qui arrive au pouvoir, ont-ils accouché d'une société marquée par la consommation inégalitaire, l'individualisme et le capitalisme financier?
Alice Ferney-31 mars 2015-Le Figaro

Informations pratiques : Les livres sont disponibles à la librairie "LE PAIN DE 4 LIVRES" à YERRES - A la maison de la presse à BRUNOY, sur place, au Café-restaurant Le Portalis 21bis rue Dupont-Chaumont à Brunoy lors de la précédente soirée et le jour même. Rendez-vous au Café-restaurant "LE PORTALIS" - 21 bis, rue Dupont-Chaumont BRUNOY à 18h30. La soirée débute par un débat entre l'auteur(e) et les lecteurs, suivi de la dédicace et du verre de l'amitié, puis d'un dîner convivial en compagnie de l'auteur. 

 Tarifs : Débat, dédicace et verre de l'amitié : gratuit pour les adhérents - 2€ pour les non adhérents - Débat, dédicace, verre de l'amitié et dîner : 13,50€ pour les adhérents - 14,50€ pour les non adhérents - Pour le dîner inscription impérative avant le 15 mai 2017 à : lemenhirbrunoy@yahoo.fr